PRÉCÉDENTE SUIVANTE





En ce début de l'an 2000, tante Simone a 75 ans mais ne les paraît pas du tout. C'est une personne si gentille, accueillante et joyeuse. Elle écrit constamment pour elle-même, pour ses enfants et petits-enfants, parfois en vers souvent en prose, pour décrire ce qu'elle voit, ce qu'elle ressent.

Il arrive que c'est au souvenir d'un rocher, d'une chute ou d'une rivière que sa plume s'active et que ses mots deviennent poèmes évoquant un paysage aussi clairement qu'un beau tableau. Voici qu'elle nous parle de ses joies d'enfant.

Merci tante Simone

LA NEIGE

La neige tombait en gros flocons mouillants
Brillante comme des diamants
Comme de petites étoiles au firmament
Le vent la portait au loin en tourbillonnant
Et habillait les arbres de blanc
Ils avaient l'air de revenants
D'esprits sortis du néant
Venus sur terre en cet heureux temps
Pour créer un décor éblouissant
Qui pour moi devenait fascinant

Cette neige qui tombait follement
À mes yeux d'enfant
Formait comme des rideaux flottants
Séparant la terre de l'océan
Emmitoufflé dans mes vêtements
Je tirais mon traîneau tout en jouant
Et sur la longue glissade descendant
Je criais ma joie aux autres enfants

Marchant aussi dans le vent
Quelquefois sautant et chantant
Mes joues rosées, mon nez coulant
Mes yeux pleuraient de contentement
Que de souvenirs émouvants
Je garde en moi de ma vie d'adolescent.


Simone Marcil
Elliot Lake


Pour revenir en haut de la page

[Matière à réflexion]   [Retour à l'accueil]