Retour à : Les aventures de Harfang et Pokus
Retour
à Nómada
  23-24 mai 1998 - Frontière mexicaine
Message envoyé le 28 mai 1998, à 11 h 36



Message précédent Message suivant




Retour à la page d'accueil de Douce-Amère
Page d'accueil




Pour leur écrire,
cliquez sur
l'arobas

Pour écrire à René et Yanik
 

JOURNAL - dimanche 24 mai

Aujourd'hui, pas d'accès internet, alors je le prépare pendant que nous sommes sur la route.   La dernière fois, nous étions à Victoria au Texas. Je ne sais pas s'il y a un rapport avec un nom de reine, mais le lendemain, nous étions arrêtés à Port-Isabel, Texas, et ça avait rapport avec la reine Isabelle d'Espagne (allo Isabelle!!).   C'est à 30 milles de la frontière mexicaine.   La moitié des affichages est en espagnol et l'autre moitié est bilingue.

Hier, la frontière mexicaine!   Ouf!   Deux heures à suer dans les bureaux de la douane.   D'abord les assurances pour Nómada, pas données : 360$ US, mais nous serons remboursés 150$ à notre retour à Tijuana.   La fille aux assurances (gentille, elle parlait anglais) avait deux petits chiens qui se promenaient partout dans le bureau ou étaient couchés sur la machine à écrire.   Ensuite, les douaniers, l'estampille des passeports, la carte de touriste, puis un permis temporaire d'importation de véhicule et la fouille.   Le douanier a été gentil, il n'a fait que regarder.   Il n'a pas tout vidé comme on a vu.

En passant, CAROLLE, MARITZA et TOUS LES AUTRES du COURS D'ESPAGNOL, envoyez-nous de l'inspiration parce que ici, c'est vrai, c'est l'espagnol.

Hier, nous nous sommes arrêtés à Victoria la Ciudad, mais cette fois c'est au Mexique.   Nous y avons rencontré la propriétaire, une femme super tripante, Rosy.   Elle semble avoir voyagé beaucoup et elle vient s'asseoir avec nous dans Nómada et nous a fait plein de suggestions pour la suite du voyage au Mexique et au Guatemala.

Ce soir, nous devrions arrêter à Tuxpan (entre Tampico et Verracruz), une des suggestions de Rosy.   Ce matin, peu après le départ, nous sommes passés à travers un paysage assez exceptionnel.   Montagnes, falaises, routes en S et petits villages!   On a aussi passé trois barrages policiers sans aucun ennui.   Une fois pour papiers, passeports et tout,   les deux autres fois, ils nous ont demandé si on était en vacances, si on avait de la drogue et des armes à feux.   Ce à quoi nous avons répondu OUI, NON, NON.

En passant, si le CAA vous dit que la route est en mauvais état, il faut le croire.    J'essaie d'écrire pendant que Pokus est au volant et j'espère juste pouvoir me relire.    Sur la route, c'est le vrai Mexique.   Des Volkswagens en quantité industrielle (la vraie coccinelle!), des vieux camions des années 60, et des Mexicains à cheval ou à dos d'âne sur le côté de la route.   Plein d'autres se promènent à pied ou à vélo.   Il n'y a pas âme qui vive à des kilomètres.   Je ne sais pas où ils vont, d'où ils viennent.   J'espère qu'eux le savent!

Rosy nous a demandé pourquoi on n'était pas venu en hiver.   On n'a pas de réponse à tout, mais je crois qu'elle voulait dire qu'il fait chaud ces temps-ci.


Harfang et Pokus

Pour revenir en haut de la page