Retour à : Les aventures de Harfang et Pokus
Retour
à Nómada
  Antigua, Guatemala
Message transmis le mercredi 17 juin 1998, à 14 h 02



Message précédent Message suivant




Retour à la page d'accueil de Douce-Amère
Page d'accueil




Pour leur écrire,
cliquez sur
l'arobas

Pour écrire à René et Yanik
 

Miercoles, 17 de junio

Aujourd'hui, dernière journée du premier mois.   On a chacun notre ordi et on écrit.

Encore d'ANTIGUA, on donne peut-être l'impression de vouloir s'y installer...   c'est assez tentant.   En fait, le vrai nom de la ville c'est: "La Antigua Guatemala" ce qui se traduirait par "L'ancienne Guatemala".   Antigua a été fondée 8 ans après Gaspé, mais pas par le même gars.   Au début, elle était la capitale d'une grande partie de l'Amérique Centrale.   Cette ville est un vrai "No man's land".   Ici on parle espagnol bien sur, l'anglais, le francais, l'allemand, le chinois et j'en passe.   C'est vraiment un carrefour mondial pour tourisme d'aventure.   Le propriétaire de l'hôtel où nous sommes est Suisse et est installé ici depuis quatre ans.   Dans un restaurant, on apprend que la propriétaire a déjà vécu à Montréal.   Elle avait marié un Québécois de passage ici.   Son petit garçon a du québécois dans le nez.   Tant de monde de tant d'endroits (y compris 2 québécois) qui vivent dans le respect des traditions d'ici et tout ça dans l'harmonie...   ça fait chaud au coeur.   Ce qu'il y a de trippant ici, ce sont les grands parcs centraux dans toutes les villes.   Un rassemblement humain intéressant.   On y passe la soirée, on y joue de la musique, on y vend de l'artisanat, on s'asseoit sur le bord des fontaines, on se tire de l'eau et le tout dans la paix.   Même s'il y a ici police, armée et ONU, on sent moins leur présence qu'un soir de St-Jean à Shawinigan.   J'imagine qu'ici on doit les ramasser les faiseurs de troubles, mais chez nous, on généralise, on ramasse et on prive tout le monde pour les faiseurs de troubles.

Je vous quitte. On s'en va sur le volcan Pacaya, pas banal non!

Harfang

P.S. Pokus est sur un autre ordinateur.

Pour revenir en haut de la page