Retour à : Les aventures de Harfang et Pokus
Retour
à Nómada
  Acapulco, Guerrero, Mexico
Message transmis le samedi 4 juillet 1998, à 16 h 12



Message précédent Message suivant




Retour à la page d'accueil de Douce-Amère
Page d'accueil




Pour leur écrire,
cliquez sur
l'arobas

Pour écrire à René et Yanik
 

Martes 23 de junio

Panajachel est une belle petite ville de 5000 habitants ceinturée également par des volcans et le très beau lac Atitlan, lui-même cone volcanique.   Cette ville a le surnom de Gringotenango, c'est-à-dire la place des étrangers.   Dans les années 60 et 70, à l'époque du Peace'n Love, plusieurs américains et canadiens s'y sont installés.   Dans les années 80, plusieurs sont partis à cause des problèmes de guérilla.   Il en reste encore des vestiges faciles à reconnaître même s'ils s'habillent de la façon locale.   Depuis quelques jours, en altitude, il pleut toujours et fait plus froid qu'au Québec.   La côte du Pacifique s'en vient et on ne s'en plaint pas.   Ici dans la cour de l'hôtel, il y a un perroquet qui nous dit hola quand on passe à côté.

Jueves 25 de junio

Nous avons fêté la St-Jean comme il se doit...

Viernes 26 de junio

Baignade dans le lac Atitlan, paysages d'une beauté indescriptible.   Nous avons fait la rencontre d'une petite déesse de 12 ans, Sara Bernadina.   Le regard, le sourire de cet enfant, tout simplement bouleversant.   Elle est entrée dans l´appareil photo.

Sabado 27 de junio

Chichicastenango.   Petite ville de 8000 habitants qui donne l'impression d'être au sommet du Guat.   Parlez-en à Nomada, elle a monté des côtes quasi verticales.   Sur la terrasse sur le toit de l'hôtel, on peut voir les tuiles rouges qui recouvrent presque toutes les habitations ici.   C'est devant l'église Santo Tomas, où on y pratique un mélange de rites mayas et catholiques, qu'il y a le plus gros marché d'Amérique centrale les jeudis et dimanches.   Aujourd´hui samedi, presque tout est près pour demain.   Les marchands viennent de partout dans la région pour y vendre fruits, légumes, vêtements, artisanat, crevettes (de montagnes!?!?!?), etc.   Ces gens peuvent faire plusieurs heures à pied avec des charges épouventables sur le dos, retenues par un bandeau sur le front.   D'autres, toujours à pied, avec de gros trailers transportent bois et plastiques pour monter leurs kiosques.   Les femmes transportent des charges en équilibre sur leur tête et les bébés accrochés dans le dos avec des vêtements drapés.

Lunes 29 de junio

Petit déjeuner ce matin en regardant le match Mexico-Allemagne 1-2.   Pauvres mexicains, ça va être triste en revenant au Mexique...   En revenant, arrêt à l'église Santo Tomas.   Sur les marches de l'église, un feu d'épis de maïs brûle en permanence.   On y brûle également de l'encens et des cierges sur le bord de la porte.   À l'intérieur, sur de grandes pierres, des centaines de cierges sont allumés.   Des oeuvres peintes sur les autels latéraux sont devenues presqu'invisibles par la suie de tous ces feux.   Plein de gens prient autour des cierges qu'ils allument selon des rites mayas.

Côté température, à la fin de juin, Chici c'est le Québec au mois d'août.   Le moment du départ est retardé par une dame ivre morte qui avait élu domicile sous l'aile arrière de Nomada, faisant de l'enjoliveur de roue son oreiller.   Pas facile d'évincer quelqu'un de son domicile.   Nous avons rencontré un charmant couple de français qui viendront visiter le site dès qu'ils le pourront.   Salut à Laurence et Tierry.   On a vu une poignée de Québécois.   On le sait sans leur avoir parlé parce qu'une phrase de l'un d'eux commençait par ""tabarnak as-tu vu ca..."

Retalhuleu.   On descend d'altitude.   On est à 30 km du Pacifique.   C'est le retour des chambres avec ventilateur, portes et fenêtres ouvertes.   Il fait chaud quand même sous la pluie.   Le retour également des douches à un seul robinet, l'eau froide, tiède de toute facon, et des lits à un seul drap en guise de couverture.

Martes 30 de junio

C'est avec beaucoup de nostalgie qu'on quitte aujourd'hui ce merveilleux pays qu'est le Guatémala.   On commence la migration vers le nord.   À la frontière, quelqu'un nous prend en charge moyennant quelques quetzals évidemment.   Quelqu´un d'autre essuie les vitres de Nomada pour la même raison.   Un autre encore nous demande d'embarquer à bord pour traverser au Mexique.   Pas de problème à la douane, mais au premier contrôle policier, on se fait dire qu'on avait pas le droit de l'embarquer.   Il est resté avec les policiers et nous, parce qu'on avait l´air innocent, dans le sens juridique du terme, on nous a laissé aller avec un grand sourire.

Il pleut, il pleut beaucoup.   Les preuves sont faites, Nomada est un véhicule pour le soleil;   l'eau entre de partout.   Maintenant plus près du Pacifique, on arrête dîner sur le bord de la route dans un restaurant qui n'a qu'un toit.   Les pieds dans l'eau, la table et les chaises humides, on a mangé un repas de crevettes en quantité industrielle pour le prix d'un menu du jour chez nous.

Nous sommes sortis du Chiapas, la région dite dangereuse.   Alors San Cristobal, ce sera pour une autre fois.   On arrive a Salina Cruz dans le Oaxaca pour le dodo.

Miercoles 1 de julio

On prend une petite route charmante qui suit en partie la côte du Pacifique.   On s'arrête à Santa Cruz de Huatulco dans un hôtel à 10 mètres de la plage!!   Je ne sais pas pourquoi on l'appelle Pacifique, il est plutôt guerrier cet océan.   Comme bienvenue, on s'est fait ramasser comme il faut.   Il nous a fait visiter le fond et rempli le maillot de quelques kilos de sable.

Jueves 2 de julio

Ce matin, on se lève les pieds dans l'eau.   Il a tellement plu cette nuit que ça a inondé la chambre.

Viernes 3 de julio

Bonne fête Alain!

On part aujourd'hui pour Acapulco :   500 km - 9 heures de routes!!!   On campe à l'hôtel Terramar, pour moins cher que la plupart des motels du Québec.   Acapulco, la grande soeur de Cancun, est géographiquement plus intéressante.   Une magnifique baie entourée de hautes montagnes sur lesquelles se dresse la vieille ville.   Tout en bas, sur le bord de la plage, des dizaines de gros hôtels hyper chics.

Sabado 4 de julio

Joyeux anniversaire de mariage à Steve et Isabelle!!!

On passe la journée à Acapulco à se faire cuire par le soleil.   Comme nous ferons beaucoup de route, nous aurons plus difficilement accès à internet.   Ne soyez donc pas inquiets.

Harfang y Pokus

Pour revenir en haut de la page